Marans

Courçon : les inquiétudes des Jeunes agriculteurs à la Fête de la terre

200 jeunes agriculteurs rassemblés ce week-end à Courçon-d’Aunis, pour la plus grande fête agricole de la Nouvelle-Aquitaine. Une première pour cet évènement issu de la fusion des trois anciens syndicats régionaux. L’occasion pour ces exploitants de présenter leur métier, mais aussi d’exprimer leurs difficultés, à l’heure où la profession souffre. C’est ce que nous dit Jonathan Lalondrelle, le président des Jeunes agriculteurs de la Nouvelle-Aquitaine :

Des Jeunes agriculteurs qui veulent être acteurs d’une agriculture qui évolue. Jonathan Lalondrelle :

La Fête de la terre, c’est demain et dimanche à la Minoterie de Courçon, de 10h à 18h. Parmi les temps forts : démonstrations de chiens de troupeaux, dégustation de produits locaux et régionaux, un concours de labour dimanche et une descente en rappel de la minoterie. Entrée : 2 euros. Gratuit pour les moins de 12 ans.

Rochefort-Aunis : l’équipe Tuffnell au travail

La nouvelle députée de Rochefort-Aunis a pris ses marques cette semaine à l’Assemblée nationale. Issue de la majorité présidentielle, Frédérique Tuffnell a rejoint la commission « développement durable et aménagement du territoire ». Pour s’y consacrer pleinement, elle démissionnera en septembre de ses mandats locaux dans l’opposition municipale de Rochefort et à la communauté d’agglomération. A Paris et sur la 2e circonscription, ses proches collaborateurs sont également à pied d’œuvre comme le souligne Younès Biar, responsable de la mobilisation En marche en Charente-Maritime et suppléant de Frédérique Tuffnell :

L’équipe de Frédérique Tuffnell compte s’appuyer sur les comités locaux La République en marche pour bâtir son projet. Ils seront réunis ce soir à Rochefort, à 19h, au Palais des congrès pour travailler sur la loi de moralisation de la vie publique. Cette réunion est ouverte à tous.

Le bras de fer se poursuit entre le maire de Marans et le tribunal administratif de Poitiers

Pour rendre plus attractive la commune, la municipalité avait opté pour le remboursement des impôts locaux aux nouveaux arrivants. La décision a été retoquée plusieurs fois par la justice, la jugeant illégale. Le conseil municipal avait alors déposé une question prioritaire de constitutionnalité auprès du Conseil d’Etat, mais le Tribunal administratif de Poitiers avait refusé par ordonnance de ne pas la transmettre. En accord avec ses adjoints, le maire vient donc de faire appel de cette décision pour faire valoir son droit à administrer sa commune librement. On écoute Thierry Belhadj, le maire de Marans :

Remboursement qui profiterait à l’économie locale et à l’Etat selon lui, les projets de contournement routier de la commune et la création d’une ligne TER Marans-La Rochelle dans les prochaines années facilitant l’installation de nouveaux Marandais. Thierry Belhadj :

Thierry Belhadj qui souhaiterait grâce à cette mesure franchir rapidement le cap des 5 000 habitants. Marans compte 4 600 âmes à ce jour.