Royan

La difficile question du développement économique en Pays royannais

Surtout prisée pour ses plages et son tourisme balnéaire, la Communauté d’agglomération Royan Atlantique peine à attirer les grosses entreprises sur son territoire. Il y a pourtant du foncier disponible, notamment sur l’axe Saujon-Saintes : à Saujon et Grézac, mais aussi à Sablonceaux et Saint-Romain-de-Benet, deux communes proches de la 4 voies. Mais le manque d’infrastructures pénalise fortement la CARA dans ce domaine, comme s’en désole son président Jean-Pierre Tallieu :

La CARA qui mise sur d’autres projets pour se développer, comme la production d’énergie solaire, dans un territoire baigné de lumière. Elle va justement adhérer à une société d’économie mixte pour encourager le photovoltaïque. Trois projets sont en cours à La Tremblade, Royan, Saujon et aux serres d’Arc at plant à Saint-Sulpice-de-Royan. Jean-Pierre Tallieu :

Voilà Jean-Pierre Tallieu qui répondait aux questions de Frédéric Le Roux.

Royan agglo : la taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères pourrait augmenter

Conséquence de l’annulation de l’autorisation d’exploiter le nouvel incinérateur d’Echillais. Il ne peut toujours pas fonctionner et traiter les déchets de Rochefort, Royan, Marennes, Oléron et Gémozac. Et son inactivité coûte aujourd’hui beaucoup d’argent aux collectivités qui doivent s’en passer. Un comble pour cet outil qui a déjà coûté 90 millions d’euros. Jean-Pierre Tallieu, le président de la Communauté d’agglomération Royan Atlantique, est inquiet :

Jean-Pierre Tallieu, qui avait à l’époque voté contre cet équipement, indique aujourd’hui qu’il est urgent que l’incinérateur fonctionne, car trop d’argent a déjà été investi dans cette affaire.

Talmont : la Région va financer les travaux contre l’érosion

Enfin un espoir pour les falaises de Talmont-sur-Gironde. La Région Nouvelle-Aquitaine va finalement financer les travaux de consolidation de l’enrochement sur lequelle est situé le village menacé par l’érosion. Montant de l’investissement : 1 million 200 000 euros. Une somme que la municipalité ne pouvait pas supporter seule. Le Conseil régional, qui avait un temps rejeté le dossier, vient d’annoncer son accord de financement. Un immense soulagement pour le maire Stéphane Loth :

La solution préconisée par Stephane Loth consisterait à poser un enrochement naturel avec des blocs calcaires. Il s’agit pour le maire du seul scénario vraiment pérenne. Les travaux pourraient débuter en 2018. Talmont qui fait d’ailleurs partie d’un plan départemental contre l’érosion à 20 millions d’euros qui a été présenté hier en Conseil départemental.

Une technique de maraîchage innovante testée en France à Saint-Sulpice-de-Royan


Il s’agit de la subirrigation. Un procédé qui a trouvé sa place dans les nouvelles serres de l’entreprise Arc At Plants qui ont été inaugurées ce matin. Fruit de deux sociétés bretonne et hollandaise, celle-ci devient grâce à ces nouveaux aménagements la première dans le pays à utiliser ce système révolutionnaire, comme l’explique son directeur Guillaume Sallembien :

L’entreprise, implantée depuis dix ans dans la commune, compte bien augmenter son chiffre d’affaire de 30% grâce à ses nouvelles serres, pour atteindre plus de 4 millions d’euros en 2018. Arc At Plants emploie 50 personnes dont 20 en CDI, et envisage encore de s’agrandir.