Tonnay-Charente

Tonnay-Charente : le Cap centre social craint pour son avenir

Le CAP centre social de Tonnay-Charente tire la sonnette d’alarme. Face à une baisse continue des subventions et de l’arrêt des contrats aidés, la structure se retrouve en très grande difficulté. Elle adresse un long courrier pour informer la population de la situation critique dans laquelle elle se trouve. Le Cap a même créé une cellule de crise pour fédérer l’ensemble des centres sociaux menacés. Carole Effenberger :

Le centre social tonnacquois évoquera l’ensemble de ces difficultés à l’occasion d’une réunion qui aura lieu mercredi prochain au Cap de Tonnay-Charente à 19h.

20Nov/17

Le Centre de première intervention des secours de Tonnay-Charente menacé

L’opposition municipale s’inquiète en effet de sa possible fermeture. Mais pour l’heure il est maintenu selon le maire Eric Authiat, qui lance toutefois un appel aux volontaires qui doivent impérativement habiter laLire la suite…

Bords : le centre itinérant des Restos du coeur a démarré sa campagne d’hiver

Jean-Marie Potus

Le camion des Restos du cœur a entamé ce matin sa 2e campagne d’hiver à Bords, près de Tonnay-Charente. Depuis l’an dernier, il sillonne les routes de la Charente-Maritime pour aller à la rencontre des bénéficiaires isolés, dans les endroits les plus éloignés des centres de distribution. Une démarche qui semble faire son œuvre comme le concède le chauffeur et animateur du centre itinérant Jean-Marc Potus :

Jackie est bénévole aux Restos depuis six mois. Sa mission : accueillir les bénéficiaires :

Parmi les bénéficiaires présents ce matin à Bords : Daniel, venu chercher un colis alimentaire, mais aussi du soutien. On écoute son témoignage :

Le centre itinérant des Restos du cœur est à Champagne cet après-midi pour les inscriptions. Il sera demain à Saint-Fort-sur-Gironde. Et jeudi à Saint-Cier-du-Taillon. La distribution viendra dans un 2e temps.

Le dispositif « Devoirs faits » n’est pas une nouveauté à Tonnay-Charente

Depuis la rentrée des vacances de la Toussaint, il offre aux collégiens en difficulté un temps d’étude accompagnée pour réaliser leurs devoirs. Une démarche volontaire et gratuite intéressante, mais qui n’est pas nouvelle sur le secteur de Tonnay-Charente, comme le souligne Stéphane Lemire, le principal du collège Joliot-Curie :

Surveillants et professeurs sont mobilisés durant ces temps d’étude, pour la réalisation des devoirs écrits qui peuvent désormais être faits au collège et non plus à la maison.

Tonnay-Charente : les Artimobiles pour découvrir l’artisanat autrement


Les Artimobiles entament leur tournée en Charente-Maritime. Une façon inédite pour les collégiens de découvrir les métiers de l’artisanat. Deux flottes de trois camions vont sillonner cette semaine les routes du département pour aller à la rencontre des élèves de 4e et 3e, et les informer sur les solutions de formation. L’opération a démarré ce matin aux collèges de Burie et de Tonnay-Charente, sous forme d’ateliers, de jeux, de vidéos et de partages d’expérience avec des professionnels en activité. Comme Sophie Cavaud qui, un jour, a décidé de tout plaquer pour devenir tapissier-décorateur, près de Saint-Savinien :

De quoi donner envie de suivre très tôt la voie de l’apprentissage. Et le passage des Artimobiles permet de confirmer ses choix, comme c’est le cas pour ces deux élèves de 4e :

Pour d’autres au contraire, l’opération offre la possibilité de revoir son orientation comme a pu le constater Laurène Balasakis, régisseur des Artimobiles :

Les Artimobiles seront demain à Montendre et à Saintes, puis mercredi au collège du Pertuis d’Antioche à Saint-Pierre-d’Oléron.

Tonnay-Charente vote une motion de soutien en faveur des bailleurs sociaux locaux

Ces derniers qui s’inquiètent des mesures gouvernementales concernant la baisse des loyers de 60 euros par an pour compenser la diminution des APL. De quoi compromettre un certain nombre de projets de constructions. Difficile dans un tel contexte d’imaginer des projets sur les communes qui en font la demande, comme la ville de Tonnay-Charente qui subit la double peine. Cette année, elle a dû payer une amende de 88 000 euros, faute d’un nombre suffisant de logements sociaux conformément à la loi SRU. « Inadmissible » nous dit le maire Eric Authiat :

Et c’est même la triple peine, car ces difficultés représentent aujourd’hui un frein à l’urbanisation. Ce que dénonce Eric Authiat :

450 logements sociaux manquent actuellement à Tonnay-Charente pour respecter les quotas imposés par l’Etat, alors que les besoins sont de l’ordre de 120. Eric Authiat, qui a déjà alerté les autorités, tire à nouveau la sonnette d’alarme. Et même s’il n’est pas envisagé pour le moment de geler la délivrance de nouveaux permis de construire, la question se pose à l’heure de l’élaboration au niveau intercommunal du nouveau Plan local de l’habitat.