<p style=”text-align: justify;”>C’est le chiffre avancé hier par l’Insee qui a publié une nouvelle enquête sur les dynamiques démographiques et économiques des territoires de notre département. Terre de contraste entre le littoral et l’arrière-pays où les enjeux et les moyens sont relativement différents. Pas de quoi corrompre l’attractivité du territoire.
A l’horizon 2040, la Charente-Maritime devrait donc compter 750 000 habitants. 120 000 de plus qu’en 2011, et 220 000 de plus que dans les années 90. La Charente-Maritime reste un département attractif à forte croissance démographique. C’est 1% de plus par an, avec une tendance qui se confirme puisque, selon l’Insee, pratiquement la moitié de la population (40%) serait âgée de plus de 60 ans en 2040. Un phénomène lié aux flux et à l’installation de nombreux jeunes retraités. Ce vieillissement qui, malgré les apparences, est porteur pour le département avec la création de nombreux emplois. Déjà un millier a été créé dans le domaine de la santé et l’action sociale depuis 2006. Même si le chômage reste élevé dans le département (10,5%), il est atténué par une économie dopée par le tourisme, avec pratiquement 1 emploi sur 10 l’été. Fort impact sur la côte charentaise au détriment des territoires plus ruraux de l’arrière-pays qui peinent à se développer, victimes d’une croissance départementale à deux vitesses. Les agglomérations fortes que sont La Rochelle, Rochefort ou Royan représentent des pôles économiques importants, avec des moyens conséquents comparés aux petites collectivités comme Aunis sud à Surgères et les Vals de Saintonge à Saint-Jean-d’Angély.</p><p style=”text-align: justify;”>C’est le chiffre avancé hier par l’Insee qui a publié une nouvelle enquête sur les dynamiques démographiques et économiques des territoires de notre département. Terre de contraste entre le littoral et l’arrière-pays où les enjeux et les moyens sont relativement différents. Pas de quoi corrompre l’attractivité du territoire.
A l’horizon 2040, la Charente-Maritime devrait donc compter 750 000 habitants. 120 000 de plus qu’en 2011, et 220 000 de plus que dans les années 90. La Charente-Maritime reste un département attractif à forte croissance démographique. C’est 1% de plus par an, avec une tendance qui se confirme puisque, selon l’Insee, pratiquement la moitié de la population (40%) serait âgée de plus de 60 ans en 2040. Un phénomène lié aux flux et à l’installation de nombreux jeunes retraités. Ce vieillissement qui, malgré les apparences, est porteur pour le département avec la création de nombreux emplois. Déjà un millier a été créé dans le domaine de la santé et l’action sociale depuis 2006. Même si le chômage reste élevé dans le département (10,5%), il est atténué par une économie dopée par le tourisme, avec pratiquement 1 emploi sur 10 l’été. Fort impact sur la côte charentaise au détriment des territoires plus ruraux de l’arrière-pays qui peinent à se développer, victimes d’une croissance départementale à deux vitesses. Les agglomérations fortes que sont La Rochelle, Rochefort ou Royan représentent des pôles économiques importants, avec des moyens conséquents comparés aux petites collectivités comme Aunis sud à Surgères et les Vals de Saintonge à Saint-Jean-d’Angély.</p>