150 élus et représentants associatifs étaient réunis hier sur la base de Saint-Agnant, près de Rochefort, pour s’informer sur l’accueil des gens du voyage en Charente-Maritime. Alors que l’État et le Département doivent lancer leur 4e schéma, cette première réunion avait valeur de rappel à l’ordre sur les droits et devoirs envers cette population nomade. Des droits et devoirs qui seront amenés à évoluer rapidement puisque Dominique Raimbault, député de Loire-Atlantique et rapporteur du projet de loi sur le statut, l’accueil et l’habitat des gens du voyage, a présenté les futures dispositions qui s’appliqueront aux collectivités territoriales, qui hériteront de cette compétence :

[audio:http://www.helenefm.com/wordpress/wp-content/uploads/2016/01/raimbault-gdv.mp3]

Cette réunion était aussi l’occasion de dresser un bilan de la situation en Charente-Maritime. Le Département n’a réalisé que 4 des 10 aires de grands passages inscrites dans le précédent schéma, qui arrive à terme cette année. Un manque de terrains réglementaires qui force les gens du voyage à s’installer illégalement, là où il y a de la place, pointe Mario Holdebaum, secrétaire général de l’association Vie et Lumière, qui représente les trois-quarts de la communauté. Pour lui, il faut s’inspirer du modèle breton :

[audio:http://www.helenefm.com/wordpress/wp-content/uploads/2016/01/holdebaum-gdv.mp3]

Après cette réunion de travail, la prochaine étape sera une enquête auprès des élus pour redéfinir, de zéro, les besoins sur le département en termes d’accueil. Les propositions devraient ensuite être formulées au comité de pilotage en mars, pour un lancement du nouveau schéma d’accueil en 2017.