Il l’a annoncé hier. C’est la fin d’un long conflit qui opposait Jean-Philippe Machon à 14 de ses 15 vice-présidents démissionnaires, en désaccord avec sa politique et sa façon de gérer la collectivité. Mis en minorité par sa majorité et poussé vers la sortie, l’élu a invoqué une toute autre raison : le refus vendredi dernier par la Commission départementale de coopération intercommunale de fusionner la Communauté de communes de Gémozac avec la CdA de Saintes. Une porte de sortie bienvenue, mais personne n’y croit à l’agglo.